Je poste cet article pour faire connaître la puberté précoce ou discuter avec des personnes qui s'y sont trouvées confronter.

Ma fille alors âgée de 8 ans commençait à avoir de la poitrine, des poils pubiens, de l'acné...

Sur les conseils du pédiatre, nous sommes allées consulter une endocrinologue pour enfants qui avant de se prononcer lui a fait subir une série d'examens (radiographie du poignet pour voir l'âge osseux réel, une échographie pelvienne, une prise de sang particulière à faire dans un laboratoire spécialisé : 3 au total à intervalles réguliers, une IRM cérébrale...). Très difficile pour le moral pour nous les parents et la petite. Il s'est avéré qu'elle avait un âge osseux de 10 ans avec des follicules vus à l'échographie et taux d'hormones importants confirmés à la prise de sang. Du coup, que faire ? 2 solutions : soit laisser la nature suivre son cours, soit lui faire des injections d'un produit assez fort pour arrêter cette puberté. Dans le 1er cas, elle aurait eu l'apparition des règles assez rapidement et aurait une taille assez petite ( pas plus de 1m50 ), dans le 2 ème cas 1 chance sur 2 que ça freine le processus. On en a discuté et on a choisit la deuxième solution car ma fille commençait déjà à complexer de sa petite taille actuelle car voyait ses copines grandir mais pas elle. Du coup, cela fait maintenant 1 an, qu'elle reçoit des injections de ce produit à intervalles réguliers ( toutes les 4 semaines au départ puis désormais toutes les 10 semaines).

Mon mari et moi ne regrettons pas notre choix car maintenant on peut dire que le traitement marche : poitrine dégonflée, un follicule en moins et a pris quelques centimètres.  Honnêtement, moralement c'est difficile à supporter car vous voyez votre fille de 8 ans à peine devenir adolescente, et ce traitement lui fait mal car produit très fort. On est passé par des moments où elle refusait de se faire faire la piqûre et c'est pour celà que le médecin a espacé les intervalles en lui donnant une injection plus forte mais qu'une seule fois toutes les 10 semaines. 

Mais malgré tout, on s'accroche et je crois que nous avons raison !!!

Courage à vous aussi si celà vous arrive !